Actualité

Etat parasitaire Palaiseau

La difficile question de l’augmentation de l’IRL et du montant des loyers en France - 17/06/2022

Au 1er trimestre 2022, l’IRL a augmenté de 2,48 %. Une nouvelle révision à la hausse de cet indice est prévue en juillet, ce qui inquiète certaines associations de consommateurs. Ces dernières réclament donc une modération de l’augmentation de l’IRL et du montant des loyers.
 

Qu’est-ce que l’IRL ?

Il s’agit de l’indice de référence des loyers. C’est sur cette donnée que l’on se base pour déterminer les montants à payer par les occupants dans le cadre de locations. L’augmentation de l’IRL implique donc une hausse des loyers. Cet indice a une incidence sur l’ensemble des locations, y compris en logement social.
 

Pourquoi revoir régulièrement l’indice de référence ?

L’IRL est régulièrement révisé à la faveur des bailleurs, en tenant compte, entre autres, de l’augmentation des charges pour les propriétaires et des coûts énergétiques. Rappelons que dans un contexte de transition énergétique, les travaux énergétiques sont vivement préconisés dans certains biens, voire obligatoires dans les passoires thermiques. Par ailleurs, l’indice est censé suivre l’inflation afin de garantir, aux bailleurs, un pouvoir d’achat stable. Mais pour les locataires, la révision de l’IRL est peu avantageuse. C’est ce que dénoncent les associations de consommateurs, qui demandent un gel momentané de l’indice de référence des loyers ou, en tout cas, sa modération.
 

Comment modérer l’IRL et les hausses de loyer ?

La Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM) propose diverses solutions pour limiter l’augmentation de l’IRL et des loyers. Par exemple, en se basant sur l’inflation des 24 derniers mois, et non plus sur celle des 12 derniers mois, il est possible de modérer les hausses. Autre solution envisageable : stabiliser les loyers pendant un an, en fonction de l’IRL fixé pour le 2ème trimestre qui devrait être assez élevé. Enfin, une troisième option a été évoquée par le gouvernement. Elle consisterait à calculer l’IRL sans tenir compte des prix de l’énergie. Pour la FNAIM, cette mesure n’est pas mauvaise mais devrait rester temporaire, dans un contexte où, une fois encore, de nombreux propriétaires bailleurs vont bientôt être confrontés à la nécessité de réaliser des travaux énergétiques.

« Retour aux actualités
Secteur d'intervention DPE Évry

Diagnostic immobilier Palaiseau

Diagnostic immobilier Versailles

© PDI - Diagnostic immobilier Palaiseau - RCS : 811 416 908 - Mentions légales

CRÉATION WEB : www.arobiz.com Diagnostic pas cher Paris